En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
 
 
 
 

Nouvelles des Amis -

Le site du Groupe Gard Vaucluse de la Fédération anarchiste


Groupe Gard 30 Vaucluse 84 de la Fédération Anarchiste - Nîmes - Avignon - libertaire - Monde libertaire Nimes - Monde libertaire avignon - Actualités sociales et politiques Nimes Avignon


Bref compte rendu actions du 30 mai à Nimes - par WebNoMaster le 31/05/2020 @ 12:10 

30 mai 2020

            Des logements et des papiers pour tous  !


C’est sur huit sites de la ville de Nimes (Préfecture, Conseil départemental, Centre de rétention administrative, Hôtel de Ville, etc.) qu’un collectif d’associations avait appelé ce samedi 30 mai à 11 heures à des rassemblements simultanés respectant les consignes sanitaires pour interpeller les pouvoirs publics sur les conséquences de la crise sanitaire pour les étrangers et pour appeler à la régularisation des sans-papiers et au respect du droit au logement pour tous.

Vêtus de combinaisons blanches, porteurs de pancartes ou rebaptisant une place du nom de Cédric Herrou  , les manifestants ont témoigné de leur solidarité avec les étrangers, particulièrement avec les familles, relogées à Nimes dans un immeuble par les associations et qui attendent de la part de la Préfecture leur régularisation et leur relogement. La responsabilité du Conseil départemental a également été pointée dans sa politique en direction des mineurs non accompagnés, certains étant menacés d’être mis à la rue dans les jours à venir.

Relayant un appel national émanant de plus de 200 associations, les organisateurs nîmois (Ados Sans Frontières, Amnesty International Groupe de Nîmes, APTI, ATTAC Nîmes, DAL 30, EELV Languedoc Roussillon, Ensemble !, Fédération anarchiste, GA LAMI, Ligue des Droits de l'Homme, PCF, Réfugiés Bienvenue Nimes, RESF, Union Syndicale SOLIDAIRES 30) ont voulu témoigner que la crise sanitaire actuelle pouvait devenir une «  bombe  » sanitaire pour les populations étrangères et que les protéger c’était aussi protéger toute la société. Au Portugal, en Italie, des procédures de régularisations sont ou vont être mises en œuvre. En France, il est indispensable que ce type de mesures s’applique également et de façon inconditionnelle.

Ces exigences, hier de justice et d’égalité, sont aussi aujourd’hui d'impérieuses nécessités sanitaires hors desquelles tous les discours contre la propagation du coronavirus sont vains.

30_mai_2020.jpg

Bref compte rendu actions du 30 mai à Nimes - par WebNoMaster le 31/05/2020 @ 12:10 

30 mai 2020

            Des logements et des papiers pour tous  !


C’est sur huit sites de la ville de Nimes (Préfecture, Conseil départemental, Centre de rétention administrative, Hôtel de Ville, etc.) qu’un collectif d’associations avait appelé ce samedi 30 mai à 11 heures à des rassemblements simultanés respectant les consignes sanitaires pour interpeller les pouvoirs publics sur les conséquences de la crise sanitaire pour les étrangers et pour appeler à la régularisation des sans-papiers et au respect du droit au logement pour tous.

Vêtus de combinaisons blanches, porteurs de pancartes ou rebaptisant une place du nom de Cédric Herrou  , les manifestants ont témoigné de leur solidarité avec les étrangers, particulièrement avec les familles, relogées à Nimes dans un immeuble par les associations et qui attendent de la part de la Préfecture leur régularisation et leur relogement. La responsabilité du Conseil départemental a également été pointée dans sa politique en direction des mineurs non accompagnés, certains étant menacés d’être mis à la rue dans les jours à venir.

Relayant un appel national émanant de plus de 200 associations, les organisateurs nîmois (Ados Sans Frontières, Amnesty International Groupe de Nîmes, APTI, ATTAC Nîmes, DAL 30, EELV Languedoc Roussillon, Ensemble !, Fédération anarchiste, GA LAMI, Ligue des Droits de l'Homme, PCF, Réfugiés Bienvenue Nimes, RESF, Union Syndicale SOLIDAIRES 30) ont voulu témoigner que la crise sanitaire actuelle pouvait devenir une «  bombe  » sanitaire pour les populations étrangères et que les protéger c’était aussi protéger toute la société. Au Portugal, en Italie, des procédures de régularisations sont ou vont être mises en œuvre. En France, il est indispensable que ce type de mesures s’applique également et de façon inconditionnelle.

Ces exigences, hier de justice et d’égalité, sont aussi aujourd’hui d'impérieuses nécessités sanitaires hors desquelles tous les discours contre la propagation du coronavirus sont vains.

30_mai_2020.jpg

(31/05/2020 @ 12:10)

Protéger sans exclure - par WebNoMaster le 28/05/2020 @ 19:15 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Protéger sans exclure, solidarité avec les étrangers :

DES LOGEMENTS ET DES PAPIERS POUR TOUS

Nous manifesterons le samedi 30 mai à 11h à Nimes.

Dans le contexte global de la pandémie, des populations sont exclues des dispositifs de prophylaxie et de survie économique et sociale. Dans le Gard, des populations d'origine étrangère ont été mises à l'abri pour deux mois. Les institutions ont prévu de les mettre à la rue le 31 mai.

Alors qu'en septembre 2019, nos associations ont occupé un lieu d'habitations vides à Nîmes, le préfet du Gard, malgré ses promesses, ne donne pas suite aux demandes de relogement et de régularisation des familles.

Des mineurs non accompagnés, malgré le fait qu'ils soient en procédure d'appel devant la juge des enfants, vont être mis à la rue le 31 mai également. Le Département est responsable de cette situation.

Nos associations, impliquées dans la dénonciation de ces processus locaux soutiennent l'appel national de plus de 200 associations (1) et rejoignent les appels à manifester du 30 mai. Des rassemblements se tiendront, dans le respect des précautions sanitaires, pour interpeller les institutions qui détiennent les pouvoirs de résoudre ces situations et sur la base des revendications nationales et ce, à Nîmes, devant différents lieux simultanément : le nouveau batiment du Conseil départemental; l'entrée de la préfecture avenue Feuchères; l'hotel BnB rue de la République/rue Dhuoda; l'entrée du Conseil Départemental rue Guillemette, le Centre de rétention administrative, ...

Signataires locaux de cette action du 30 mai à Nimes:

Ados Sans Frontières, Amnesty International Groupe de Nîmes, APTI, ATTAC Nîmes , DAL 30, EELV Languedoc Roussillon, Ensemble !, Fédération anarchiste, GA LAMI, Ligue des Droits de l'Homme, PCF, Réfugiés Bienvenue Nimes, RESF, Union Syndicale SOLIDAIRES 30

Affiche_30mai_2020-04.jpg

Texte de l'appel national du 30 mai

"Dans les foyers surpeuplés et abandonnés, aucune distanciation physique n'est possible. Le virus risque de se propager sans frein. C'est aussi le cas dans les centres de rétention, et à cela s'ajoutent la violence répressive et l'angoisse. Pour les migrantEs à la rue, c'est la faim, l’insécurité sociale et sanitaire.

Ajoutons à cela que les sans-papiers sont sans droits, sans revenus et sans espoir d'accès aux allocations proposées par l'Etat. Pour elles et pour eux, il n’y a pas d'accès totalement gratuit aux soins et pas d’autre possibilité pour survivre que de chercher des moyens de subsistance.

Pour ces populations, la crise sanitaire actuelle est en train de devenir une véritable bombe sanitaire. Pour elles et eux-mêmes abandonnéEs à la menace du virus mais aussi pour toute la société.

La seule solution pour désamorcer cette bombe, sauver celles et ceux qui sont menacéEs et protéger ainsi toute la société, c'est la mise en place immédiate des mesures suivantes :

- Tests systématiques effectués dans les foyers, officiels ou non, par des organismes indépendants de la préfecture et des gestionnaires assurant confiance et confidentialité pour les concernéEs avec leur accord

- Isolement des personnes contaminées dans des lieux décents en concertation avec les collectifs de sans-papiers et de résidents ou associations choisies par les concernéEs

- Distribution massive de masques, gants et gel dans les foyers

- Fermeture immédiate des Centres de rétention administrative (CRA)

- Ouverture immédiate de lieux sans condition de papiers et de revenus pour permettre un hébergement et une vie collective respectant la distanciation physique.

- Gratuité des loyers pendant toute la durée de l’état d’urgence sanitaire (mars, avril et mai) et apurement des loyers impayés

- Régularisation inconditionnelle de touTEs les sans-papiers avec droit aux revenus sociaux, droit aux mesures de compensation salariales et de chômage pour celles et ceux qui travaillaient et accès totalement gratuit à la santé.

Ces exigences, hier de justice et d’égalité, sont aussi aujourd’hui d'impérieuses nécessités sanitaires hors desquelles tous les discours contre la propagation du coronavirus sont vains.

Les appels à imiter la mesure de régularisation adoptée par le Portugal vont dans le bon sens. Mais il est indispensable pour que cette mesure soit efficace qu’elle s’applique, sans conditions, à touTEs les Sans-Papiers et MigrantEs.

Nous soutiendrons à cette fin toutes les actions décidées par les résidents des foyers, les personnes retenuEs dans les CRA, les sans-papiers et migrantEs de tous âges pour défendre leur droit à la vie."

Notes

1 - https://blogs.mediapart.fr/marche-des-solidarites/blog/280420/foyers-cra-sans-papiers-des-mesures-immediates-contre-la-bombe-sanitaire

Protéger sans exclure - par WebNoMaster le 28/05/2020 @ 19:15 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Protéger sans exclure, solidarité avec les étrangers :

DES LOGEMENTS ET DES PAPIERS POUR TOUS

Nous manifesterons le samedi 30 mai à 11h à Nimes.

Dans le contexte global de la pandémie, des populations sont exclues des dispositifs de prophylaxie et de survie économique et sociale. Dans le Gard, des populations d'origine étrangère ont été mises à l'abri pour deux mois. Les institutions ont prévu de les mettre à la rue le 31 mai.

Alors qu'en septembre 2019, nos associations ont occupé un lieu d'habitations vides à Nîmes, le préfet du Gard, malgré ses promesses, ne donne pas suite aux demandes de relogement et de régularisation des familles.

Des mineurs non accompagnés, malgré le fait qu'ils soient en procédure d'appel devant la juge des enfants, vont être mis à la rue le 31 mai également. Le Département est responsable de cette situation.

Nos associations, impliquées dans la dénonciation de ces processus locaux soutiennent l'appel national de plus de 200 associations (1) et rejoignent les appels à manifester du 30 mai. Des rassemblements se tiendront, dans le respect des précautions sanitaires, pour interpeller les institutions qui détiennent les pouvoirs de résoudre ces situations et sur la base des revendications nationales et ce, à Nîmes, devant différents lieux simultanément : le nouveau batiment du Conseil départemental; l'entrée de la préfecture avenue Feuchères; l'hotel BnB rue de la République/rue Dhuoda; l'entrée du Conseil Départemental rue Guillemette, le Centre de rétention administrative, ...

Signataires locaux de cette action du 30 mai à Nimes:

Ados Sans Frontières, Amnesty International Groupe de Nîmes, APTI, ATTAC Nîmes , DAL 30, EELV Languedoc Roussillon, Ensemble !, Fédération anarchiste, GA LAMI, Ligue des Droits de l'Homme, PCF, Réfugiés Bienvenue Nimes, RESF, Union Syndicale SOLIDAIRES 30

Affiche_30mai_2020-04.jpg

Texte de l'appel national du 30 mai

"Dans les foyers surpeuplés et abandonnés, aucune distanciation physique n'est possible. Le virus risque de se propager sans frein. C'est aussi le cas dans les centres de rétention, et à cela s'ajoutent la violence répressive et l'angoisse. Pour les migrantEs à la rue, c'est la faim, l’insécurité sociale et sanitaire.

Ajoutons à cela que les sans-papiers sont sans droits, sans revenus et sans espoir d'accès aux allocations proposées par l'Etat. Pour elles et pour eux, il n’y a pas d'accès totalement gratuit aux soins et pas d’autre possibilité pour survivre que de chercher des moyens de subsistance.

Pour ces populations, la crise sanitaire actuelle est en train de devenir une véritable bombe sanitaire. Pour elles et eux-mêmes abandonnéEs à la menace du virus mais aussi pour toute la société.

La seule solution pour désamorcer cette bombe, sauver celles et ceux qui sont menacéEs et protéger ainsi toute la société, c'est la mise en place immédiate des mesures suivantes :

- Tests systématiques effectués dans les foyers, officiels ou non, par des organismes indépendants de la préfecture et des gestionnaires assurant confiance et confidentialité pour les concernéEs avec leur accord

- Isolement des personnes contaminées dans des lieux décents en concertation avec les collectifs de sans-papiers et de résidents ou associations choisies par les concernéEs

- Distribution massive de masques, gants et gel dans les foyers

- Fermeture immédiate des Centres de rétention administrative (CRA)

- Ouverture immédiate de lieux sans condition de papiers et de revenus pour permettre un hébergement et une vie collective respectant la distanciation physique.

- Gratuité des loyers pendant toute la durée de l’état d’urgence sanitaire (mars, avril et mai) et apurement des loyers impayés

- Régularisation inconditionnelle de touTEs les sans-papiers avec droit aux revenus sociaux, droit aux mesures de compensation salariales et de chômage pour celles et ceux qui travaillaient et accès totalement gratuit à la santé.

Ces exigences, hier de justice et d’égalité, sont aussi aujourd’hui d'impérieuses nécessités sanitaires hors desquelles tous les discours contre la propagation du coronavirus sont vains.

Les appels à imiter la mesure de régularisation adoptée par le Portugal vont dans le bon sens. Mais il est indispensable pour que cette mesure soit efficace qu’elle s’applique, sans conditions, à touTEs les Sans-Papiers et MigrantEs.

Nous soutiendrons à cette fin toutes les actions décidées par les résidents des foyers, les personnes retenuEs dans les CRA, les sans-papiers et migrantEs de tous âges pour défendre leur droit à la vie."

Notes

1 - https://blogs.mediapart.fr/marche-des-solidarites/blog/280420/foyers-cra-sans-papiers-des-mesures-immediates-contre-la-bombe-sanitaire

(28/05/2020 @ 19:15)

(16/04/2020 @ 22:57)

Monde libertaire en accès libre - par WebNoMaster le 22/03/2020 @ 15:38 

Logo_ML.JPGLIBRE ACCES AUX MONDE LIBERTAIRE NUMERIQUES !

Les abonnés à la version papier s'en doutent: leur journal ne sera pas imprimé, pas expédié ce mois de mars. Aujourd’hui la priorité est à la santé de toutes et tous.

Demain il nous faudra nous délester de ces gouvernements d’amateurs qui mettent à mal nos sociétés. En attendant,
pour aider à faire face à cette situation inédite de confinement, d’isolement ou de solitude presque partout dans le monde, l’équipe du Monde Libertaire met en accès libre l’ensemble de ses publications.

A télécharger et diffuser le plus largement possible pour se retrouver, demain, plus nombreux encore dans les luttes.
Pour consulter ces publications, cliquez sur l'image ci-dessus.

L’équipe de l’administration du ML.

Monde libertaire en accès libre - par WebNoMaster le 22/03/2020 @ 15:38 

Logo_ML.JPGLIBRE ACCES AUX MONDE LIBERTAIRE NUMERIQUES !

Les abonnés à la version papier s'en doutent: leur journal ne sera pas imprimé, pas expédié ce mois de mars. Aujourd’hui la priorité est à la santé de toutes et tous.

Demain il nous faudra nous délester de ces gouvernements d’amateurs qui mettent à mal nos sociétés. En attendant,
pour aider à faire face à cette situation inédite de confinement, d’isolement ou de solitude presque partout dans le monde, l’équipe du Monde Libertaire met en accès libre l’ensemble de ses publications.

A télécharger et diffuser le plus largement possible pour se retrouver, demain, plus nombreux encore dans les luttes.
Pour consulter ces publications, cliquez sur l'image ci-dessus.

L’équipe de l’administration du ML.

(22/03/2020 @ 15:38)

(20/03/2020 @ 17:57)

23/09/2020 @ 23:49

Nouvelle 1

Motion sur l'antisémitisme


Les chiffres des actes antisémites commis en 2018, et révélés par le ministère de l’Intérieur sont effarants. En un an, les actes recensés sont passés de 311 (en 2017) à 541, soit un bond de 74 %. Pour autant, pour nous anarchistes, il ne s’agit pas d’une « résurgence de l’antisémitisme », parce que celui-ci a toujours été présent au cours de l’histoire et se répand de manière exponentielle aujourd’hui, notamment avec les réseaux sociaux.
L’antisémitisme, visant les Juifs, ou supposés tels, en tant que groupe religieux, ethnique ou racial, n’est pas le seul apanage d’une droite extrême ou se voulant "traditionnelle " ou "nationaliste". Il réapparaît plus fort à chaque crispation identitaire.
De tous temps, de nombreux prétextes ont été utilisés pour justifier l’antisémitisme. Mais l’antisémitisme, en tant qu’une des formes politiques du racisme, culmine lors de la Conférence nazie de Wansee, pour définir les modalités administrative, technique et économique, de la "solution finale de la question juive ". L’antisémitisme a également ciblé les Juifs par les purges staliniennes, comme lors du « complot des blouses blanches ».
Après la Seconde guerre mondiale et l’extermination des Juifs, la plupart des militant·es juifs et juives ayant disparu, s'en est donc suivi un silence lourd de conséquence sur la Shoah, y compris dans les rangs des militant·es anarchistes. Est-ce dû au fait que la Shoah nous questionne profondément en tant qu’êtres humains ?
Toujours est-il que, non seulement l’extrême-droite, mais aussi des éléments issus de l’extrême gauche ont commencé à développer des propos et des positions révisionnistes voire négationnistes sur l’existence même du massacre des Juifs… alors qu’il est aujourd’hui acquis par les historien·nes qu’entre 5,5 et 6,5 millions d’entre eux ont disparu durant ce génocide. L’antisionisme est une autre question. Il est donc important de mobiliser toutes nos forces pour combattre tous propos ou actes antisémites et de bien les dissocier de l’antisionisme. L’ignorance de ces faits alimente le négationnisme et le révisionnisme.
Les anarchistes ne traitent pas le nationalisme de l’Etat israélien autrement que n'importe quel nationalisme. L’Etat d’Israël est pour nous un Etat parmi tant d’autres, qui développe aujourd'hui une politique raciste, colonialiste et sous pression religieuse.
Nous continuerons à soutenir les Anarchistes contre le mur en Israël, tout comme les objecteurs·trices israélien·nes, de même nous soutenons la lutte de la population palestinienne opprimée, et ce parce que directement au coeur des combats pour la liberté de chacun·e.
Car nous avons bien conscience que la création de l’Etat israélien confirme la thèse anarchiste que la création d’un Etat ne peut se faire que dans la violence. Nous avons cependant également conscience que, se dire anti-impérialiste ne suffit pas à se prémunir contre l’antisémitisme.
Aussi, en tant qu’anarchistes contre toutes les formes de discriminations et d’oppressions, nous continuerons à lutter contre l’antisémitisme, et à combattre toutes les formes de racisme, notamment à l’encontre des migrant·es, des réfugié·es et des exilé·es, activement dans la rue, mais aussi en renforçant nos moyens de diffusion (le Monde libertaire, Radio libertaire, Editions du Monde libertaire, tracts, conférences, cycles de formation, etc.) par des argumentaires et des recherches historiques.
Le racisme et l’antisémitisme sont des armes de ceux et celles qui cherchent à diviser pour dominer. Nous les combattrons pied à pied.


Fédération anarchiste 78ème Congrès (Amiens juin 2019)

Nouvelle 2

Lettre au préfet du Gard: Relogez ! régularisez !

20191110_154755.jpg