En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
 
 
 
 

Nouvelle 3

Tract_appel_18_deec_2019_converti.jpg

La dernière nouvelle

Répression policière - le 07/11/2019 @ 19:25 par Daniel

Notre groupe s'associe aux protestations ci-dessous exposées et demande également que justice soit faite: il faut libérer Roland et cesser toutes les poursuites contre lui !

Communiqué de presse :

« Halte à l'acharnement police/justice contre notre camarade Roland Veuillet !


Après un jour et demi de garde à vue (GAV) au commissariat de Nimes, arrêté au terme de la manif de mardi dernier (10 décembre 2019), notre camarade Roland, emblématique militant des GJ de Nîmes et région était déféré au tribunal ce matin pour une comparution immédiate, suite à la plainte d'un policier contre Roland faisant suite à une plainte cette fois-ci de Roland à l'encontre de ce même policier injurieux et irrespectueux à l'encontre des GJ. Il y a plusieurs témoins à ces faits précis et nous allons tenter de les rassembler, afin de déposer une plainte collective de notre côté.


La cour a en fait décidé de regrouper toutes les affaires ( liées à d'autres GAV lors de manifestations de GJ à Nîmes ) de Roland qui avaient par deux fois été reportées lors d'audiences précédentes.


L'avocate de Roland, M° S.Perrier a demandé à la cour le dépaysement de l'affaire et le report du jugement. En effet un délai s'impose pour organiser correctement sa défense : la décision concernant le dépaysement a été mise en attente et la question du report a fait l'objet d'un gros cafouillage. Il faut préciser que Roland a d'emblée refusé de reconnaître la compétence de cette cour occupée en réalité derrière les prétextes, avant tout à faire à notre camarade un procès à caractère politique. Il a ainsi refusé de coopérer de quelque façon que ce soit et a marqué son désaccord de façon clairement ostentatoire. Il faut préciser que dès son arrestation mardi, Roland a entamé une grève de la faim et plus grave depuis peu, une grève de la soif.


La cour a alors décidé de faire évacuer la salle, ce qui s'est fait fort lentement et avec beaucoup de mauvaise volonté de notre part ! Par la suite nous n'avons pu suivre à l'extérieur de la salle, l'évolution des choses uniquement par l’intermédiaire de l'avocate de Roland...A noter que la décision de la cour après suspension de séance a été rendue en l'absence de Roland ( et à huis clos ) qui avait été évacué entre temps, ce qui en principe n'est pas possible, l'accusé devant être présent. L'avocate a donc tout de suite déposé les recours utiles en la matière.


Au terme de tout ce charivari, la cour a décidé d'accepter le report du procès au 9 janvier prochain mais surtout de mettre Roland immédiatement en mandat de dépôt, à la maison d'arrêt de Nîmes ! Aussitôt dit, aussitôt fait et c'est pourquoi nous avons organisé ce soir un rassemblement devant la prison d'une cinquantaine de GJ : pendant près de deux heures nous avons fait entendre notre colère et notre détermination à exiger la libération immédiate de notre camarade. Roland Veuillet n'est pas un délinquant mais un militant : nous étions présents dans la salle à l’énoncé de ce qui lui est reproché pour ces 3 affaires. C'est très léger, ça ne tient pas la route à l'image du « port d'arme de catégorie 5 » c'est à dire un tournevis/canif d'électricien, l'ancien métier de Roland. Et tous les griefs sont de cet acabit et pourtant notre camarade est parti directement pour la case prison ! Nous n'acceptons pas cette scandaleuse injustice et nous souhaitons le faire savoir très largement en exigeant la libération immédiate de notre camarade. "


Nouvelle 1

Motion sur l'antisémitisme


Les chiffres des actes antisémites commis en 2018, et révélés par le ministère de l’Intérieur sont effarants. En un an, les actes recensés sont passés de 311 (en 2017) à 541, soit un bond de 74 %. Pour autant, pour nous anarchistes, il ne s’agit pas d’une « résurgence de l’antisémitisme », parce que celui-ci a toujours été présent au cours de l’histoire et se répand de manière exponentielle aujourd’hui, notamment avec les réseaux sociaux.
L’antisémitisme, visant les Juifs, ou supposés tels, en tant que groupe religieux, ethnique ou racial, n’est pas le seul apanage d’une droite extrême ou se voulant "traditionnelle " ou "nationaliste". Il réapparaît plus fort à chaque crispation identitaire.
De tous temps, de nombreux prétextes ont été utilisés pour justifier l’antisémitisme. Mais l’antisémitisme, en tant qu’une des formes politiques du racisme, culmine lors de la Conférence nazie de Wansee, pour définir les modalités administrative, technique et économique, de la "solution finale de la question juive ". L’antisémitisme a également ciblé les Juifs par les purges staliniennes, comme lors du « complot des blouses blanches ».
Après la Seconde guerre mondiale et l’extermination des Juifs, la plupart des militant·es juifs et juives ayant disparu, s'en est donc suivi un silence lourd de conséquence sur la Shoah, y compris dans les rangs des militant·es anarchistes. Est-ce dû au fait que la Shoah nous questionne profondément en tant qu’êtres humains ?
Toujours est-il que, non seulement l’extrême-droite, mais aussi des éléments issus de l’extrême gauche ont commencé à développer des propos et des positions révisionnistes voire négationnistes sur l’existence même du massacre des Juifs… alors qu’il est aujourd’hui acquis par les historien·nes qu’entre 5,5 et 6,5 millions d’entre eux ont disparu durant ce génocide. L’antisionisme est une autre question. Il est donc important de mobiliser toutes nos forces pour combattre tous propos ou actes antisémites et de bien les dissocier de l’antisionisme. L’ignorance de ces faits alimente le négationnisme et le révisionnisme.
Les anarchistes ne traitent pas le nationalisme de l’Etat israélien autrement que n'importe quel nationalisme. L’Etat d’Israël est pour nous un Etat parmi tant d’autres, qui développe aujourd'hui une politique raciste, colonialiste et sous pression religieuse.
Nous continuerons à soutenir les Anarchistes contre le mur en Israël, tout comme les objecteurs·trices israélien·nes, de même nous soutenons la lutte de la population palestinienne opprimée, et ce parce que directement au coeur des combats pour la liberté de chacun·e.
Car nous avons bien conscience que la création de l’Etat israélien confirme la thèse anarchiste que la création d’un Etat ne peut se faire que dans la violence. Nous avons cependant également conscience que, se dire anti-impérialiste ne suffit pas à se prémunir contre l’antisémitisme.
Aussi, en tant qu’anarchistes contre toutes les formes de discriminations et d’oppressions, nous continuerons à lutter contre l’antisémitisme, et à combattre toutes les formes de racisme, notamment à l’encontre des migrant·es, des réfugié·es et des exilé·es, activement dans la rue, mais aussi en renforçant nos moyens de diffusion (le Monde libertaire, Radio libertaire, Editions du Monde libertaire, tracts, conférences, cycles de formation, etc.) par des argumentaires et des recherches historiques.
Le racisme et l’antisémitisme sont des armes de ceux et celles qui cherchent à diviser pour dominer. Nous les combattrons pied à pied.


Fédération anarchiste 78ème Congrès (Amiens juin 2019)

Nouvelle 2

Lettre au préfet du Gard: Relogez ! régularisez !

20191110_154755.jpg