Qui sommes nous ?

Notre groupe associe des hommes et des femmes qui oeuvrent à partir des valeurs et des méthodes libertaires en faveur d'une société autogestionnaire et fédéraliste libertaire, débarrassée du capitalisme et des autoritarismes, et qui tende vers l'abolition des dominations sociales, économiques, sexuelles, raciales... Nous accueillons les personnes aux recherches semblables aux nôtres. Nous nous investissons dans des mouvements et des groupements compatibles avec nos objectifs. Nous réalisons souvent des évènements publics autour d'un livre, d'un sujet d'actualité.

Pour nous rejoindre, allez à "Nous écrire par courriel" ou cliquez ici.

Dossiers à thèmes
 ↑  
Expressions
 ↑  
Recherche
Recherche
Visites

 485309 visiteurs

 1 visiteur en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://fa-30-84.org/data/fr-articles.xml

L'École de Nîmes : une doctrine sociale inspirante ?¹

 

Dans le cadre de l'« Année internationale des coopératives » décrétée par l'Assemblée générale des Nations Unies, je me suis intéressé à un mouvement coopératif français du sud de la France de la fin du XIXème siècle animé par des protestants : l' École de Nîmes.

 

Un peu d'Histoire...

 

Dès 1830, la propagande fourieriste ( de François Marie Charles Fourier, une figure du socialisme utopique) pénètre en Languedoc et à Nîmes mais son influence touche surtout le milieu de la petite bourgeoisie intellectuelle protestante, autour du rêve du phalanstère² mais elle ne prend pas dans les milieux ouvriers.

Un peu plus tard, on voit apparaître l'émergence des associations ouvrières qui correspond à l' idée devenue populaire d'organisation du travail de Louis Blanc ainsi que l''apparition des sociétés de secours mutuel vers 1848. Mais il faut attendre l'affermissement de la République en 1879 (possibilité de créer des chambres syndicales, des coopératives) pour voir resurgir des tentatives gardoises de coopération.

Et c'est dans les milieux populaires et ouvriers socialisants que le mouvement des créations de coopératives démarre à Nîmes, en 1879, avec « La Solidarité » une coopérative créée par Auguste Fabre (filateur à Uzès), Auguste Chartier (tailleur de pierre) et Auguste Testier (chapelier) et « La Renaissance », la première boulangerie coopérative. Elles ont été créées en s'inspirant des exemples du mouvement coopérateur anglais, des sociétés de crédit en Allemagne et des théories proudhoniennes. En effet, A. Chartier situe la coopération dans un vaste ensemble de réformes qui permettront d'aboutir à un régime fédératif, remplaçant le gouvernement des hommes par l'administration des choses.

En 1883, ces 2 coopératives fusionneront avec l' »Abeille nîmoise », une Société d'Économie Populaire sous la forme d'une coopérative de consommation d'épicerie, de boulangerie et de charbon crée par Edouard de Boyve (un socialiste chrétien). Tout est en place pour la fondation de l' École de Nîmes (septembre 1886) qui n'est, en fait, que le résultat d'une heureuse conjonction de personnalités.

 

L' École de Nîmes...

 

En effet, cette doctrine sociale est née de la rencontre entre un cercle d'hommes réunis sans distinction de conditions, de professions, d'opinions politiques, religieuses et philosophiques et cherchant des réponses concrètes aux tensions économiques et sociales existantes, la Société d'Économie Populaire (la première Université Populaire ?) et Charles Gide, un gardois professeur d'économie politique à la faculté de droit de Montpellier, qui va leur apporter un appui scientifique indéniable.

Ce dernier pense que la coopération ne doit pas être seulement un outil destiné à améliorer au jour le jour la condition ouvrière mais bien le socle d'un ordre social nouveau qui répudiera à la fois le libéralisme et le socialisme marxiste. Il dénonce le servage économique des travailleurs et montre qu'en dehors de l'État et de l'action révolutionnaire , on peut constituer un mouvement économique extrêmement important qui par l'union des consommateurs pourrait aboutir à la suppression du profit. Il désire que le mouvement coopératif devienne un facteur d'évolution sociale.

Ce groupe d'ouvriers socialisants et de quelques bourgeois protestants va chercher à améliorer la condition sociale des moins favorisés en refusant toute action violente. Il met l'accent bien plus sur les coopératives de consommation que sur les associations de production. L' École de Nîmes pense que ces associations de consommateurs sont capables de réaliser les capitaux nécessaires pour créer des sociétés ouvrières de production. Elle croit au système de participation des ouvriers aux bénéfices des entreprises car la part des travailleurs doit être capitalisée pour leur permettre de devenir copropriétaire de leur industrie mais aussi de supporter leur part de perte s' il y en a.

L' École de Nîmes souhaite à travers la pratique de la coopération améliorer les conditions de vie mais aussi l'éducation économique du peuple afin de le rendre capable d'exercer des fonctions de direction économique et ainsi rapprocher les classes sociales. Au nom de la solidarité, elle imagine des structures d'entraide comme des caisses de prêt, les secours mutuels.

Ce mouvement coopérateur nîmois, inspiré par un protestantisme social et un socialisme réformiste, ne séduira pas la masse des habitants escomptée et, même si l'on dénombre dans le Gard en 1911, 58 coopératives de consommation (comme la Famille pour les agents du PLM), 15 coopératives de production (comme l'imprimerie La Laborieuse ) et 13 coopératives agricoles, la guerre enterrera l'essor des coopératives gardoises.

 

Quelles traces aujourd'hui...

 

Ce qui me frappe d'abord, c'est l'idée intéressante de remettre au centre du processus économique la

question de la consommation. En effet, aujourd'hui la crise capitaliste s'enlise dans des objectifs de croissance incompréhensibles et les défenseurs de la décroissance se fatiguent à nous expliquer les bienfaits d'une production raisonnée et écologique. Nous oublions sans doute que la production mondiale est bien plus supérieure à la consommation ; selon un rapport préparé par la FAO de 2011, le tiers des aliments produits chaque année dans le monde pour la consommation humaine, soit environ 1,3 milliard de tonnes, est perdu ou gaspillé. Une étude publiée au Royaume-Uni en 2005 indique pour sa part que le gaspillage a lieu tout au long de la chaîne de production : 30 à 40% des récoltes sont délaissées chaque année parce qu’elles ne correspondent pas aux caractéristiques exigées par les industriels ou les grandes surfaces ; dans la transformation et la restauration rapide, environ un tiers de l’alimentation est perdu. Malgré cela et à cause d'une répartition déloyale, une partie du monde se trouve dans une immense misère alors qu' un énorme gaspillage ne sert qu'à faire fructifier le monde de la finance. Dans le système capitaliste, le marché est défini par l'offre et la demande et nous voyons bien que c'est l'offre qui détermine la demande en fixant les prix et en définissant les besoins de chacun (publicité, monopole, mode, progrès technologiques...). La demande devient de plus en plus mineure pour faire fonctionner le marché qui se contente de la spéculation pour être pérenne. L' École de Nîmes pose également la question de la production par la société de coopératives de consommation. Critiquée à l'époque par un bon nombre d'économistes qui avançait qu'un non-professionnel ne pouvait comprendre le monde de l'entreprise ainsi que les techniques industrielles, elle se justifiait en démontrant que les actionnaires non plus n'avaient pas de compétences. Elle souhaitait que la consommation structure la production et ainsi abolir le régime du profit. « On peut espérer qu'il y aura un jour une société dans laquelle le service rendu, la satisfaction des besoins seront des stimulants suffisants pour remplacer le profit. Mais il faut supposer pour cela une grande transformation non seulement économique mais morale »³ écrivait Charles Gide.

 

Deuxièmement, j'ai été touché par la volonté de l' École de Nîmes de défendre le juste prix des produits, de se préoccuper de ne faire payer au consommateur que le strict équivalent de la marchandise qu'il reçoit. Le prix doit être débarrassé de dividende superflu, de rente et de plus-value. La coopérative de consommation cherchait, comme les groupements d'achats d'aujourd'hui, à s'entendre avec le ou les producteurs pour arriver, par des achats considérables, à faire profiter les coopérateurs des avantages des magasins de gros. C'est le principe qui lie directement le producteur au consommateur sans intermédiaire que l'on retrouve de nos jours dans les amap (qui peuvent être considérées comme coopératives de production) ou dans les GAS (groupement d'achat solidaire). En se regroupant, les consommateurs ont la force d'achat susceptible de définir le prix juste d'un produit, alors que seuls, ils sont à la merci du mille-feuille capitaliste bourré d'intermédiaires qui gonflent inévitablement son prix. L' École de Nîmes avait compris que le système était biaisé : « La concurrence, voilà donc, pour les économistes, ce qui suffit pour assurer dans le monde économique le juste prix et sauvegarder les intérêts des consommateurs. Eh bien ! Nous n'y croyons pas à cette action efficace et suffisante. Il y a longtemps que les producteurs se sont entendus entre eux »4. Il est certain que l'École de Nîmes se distingue des idées libertaires (elle n'abolit pas la propriété, ni l'hérédité, ni l'épargne, ni le salariat et reste une doctrine sociale bourgeoise qui fustige l'élan révolutionnaire) mais elle a le mérite de mettre au cœur de la coopérative l'idée défendue par Proudhon qui écrivait : « L'utilité fonde la valeur ; le travail en fixe le rapport ; le prix est l'expression qui traduit ce rapport »5.

 

Enfin, pour terminer je voudrais rendre hommage à la méthode employée dans l'élaboration de cette doctrine qui allie réflexion (Société d'Économie Populaire ) et mise en pratique immédiate (coopérative de consommation) ; de plus, la coopérative est fondée sur la base d'une réunion de sociétaires qui sont égaux en dépit des différences de classe, idéologiques et politiques ; cela signifie un homme = un vote (différence avec l'entreprise capitaliste dans laquelle le nombre de suffrages est proportionnel au nombre d'actions). L'égalité dans la décision, dans le pouvoir de choix est ainsi préservée. Alors, pourquoi ne pas imaginer une nouvelle révolution sociale et économique dont la base serait le fédéralisme des communes (politique) construit autour et par des coopératives de consommation (économie) ?

 

Philippe du groupe 30-84 de la FA


 

1- d'après : « Charles Gide, 1847-1932 » de Marc Pénin et « Les sociétés coopératives de consommation » de Charles Gide

 

2- Un Phalanstère est un ensemble de bâtiments à usage communautaire qui se forme par la libre association et par l'accord affectueux de leurs membres.

3 et 4 – « Leçon d'ouverture du cours sur l'histoire et la doctrine de la coopération au Collège de France, chaise nouvelle fondée par les Sociétés Coopératives de consommation » publiée en 1922 par la Revue d'Économie Politique

 

5- «  Système des contradictions économiques » P.J. Proudhon

 

Article publié dans le Monde libertaire du 22 novembre 2012


Date de création : 10/12/2012 @ 10:10
Dernière modification : 10/12/2012 @ 10:13
Catégorie : Dossiers à thèmes - 1. Autogestions
Page lue 38346 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Solidaires

On vous recommande...

  L'Homme parle

Vagabonds, L'Homme parle, janvier 2017

Monde Libertaire 1790 juillet août 2017

ML1790.jpg

Nous écrire par courriel
fa.30.84(cool)gmail.com
 ↑